Création de l’Observatoire national du suicide

ONS.jpgUn récent décret définit les missions et la composition de l’Observatoire national du suicide.

Par un décret du 1er août (JO du 3 août 2018), le Gouvernement instaure un Observatoire national du suicide. Celui-ci s’inscrit dans la continuité de la dynamique impulsée par l’Observatoire créé par décret le 9 septembre 2013 pour une durée de 4 ans. Ce nouvel Observatoire répond au besoin des pouvoirs publics de disposer d’un instrument de connaissance et d’aide à la décision, pluridisciplinaire et indépendant, dans le champ de la prévention du suicide.

Créé pour une durée de 5 ans, l’Observatoire national du suicide se voit confier les missions suivantes :

  • Coordonner les différents producteurs de données ;
  • Identifier des sujets de recherche, les prioriser et les promouvoir auprès des chercheurs ;
  • Favoriser l’appropriation des travaux de recherche par les politiques publiques et le public de façon plus générale, ainsi que leur diffusion ;
  • Produire des recommandations sur l’amélioration des systèmes d’information et en matière de recherche et d’études ;
  • Définir des indicateurs de suivi de la politique de prévention du suicide.

Composé d’une cinquantaine de membres, l’Observatoire national du suicide est présidé par le ministre chargé de la Santé. La présidence déléguée est assurée par le directeur de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé. La DREES assure également le secrétariat de l’Observatoire. L’Observatoire national du suicide élaborera, tous les 18 mois, un rapport qui sera rendu public.

3ème rapport de l’Observatoire national du suicide

Pour consulter le rapport, cliquer ici

- Suicide : enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence - 3e rapport / février 2018

En France métropolitaine, en 2014, 8 885 décès par suicide ont été enregistrés, soit près de 24 décès par jour. Malgré une baisse de 26 % du taux de suicide entre 2003 et 2014, la France présente, au sein des pays européens, un des taux de suicide les plus élevés derrière les pays de l’Est, la Finlande et la Belgique.

Le suicide est un phénomène complexe qui appelle à une analyse pluridisciplinaire. C’est ce à quoi l’Observatoire national du suicide s’attache depuis 2013.

Pour ce troisième rapport, l’Observatoire porte son attention sur les enjeux éthiques que soulève la prévention du suicide. Une seconde réflexion aborde les comportements suicidaires chez les jeunes, leurs singularités ainsi que les actions efficaces pour les prévenir. Enfin, un état de l’avancement des travaux de l’Observatoire est également présenté.