Le CEP, un appui encore peu connu pour évoluer hors de l’entreprise

logo_cereq.gifL’ANI de décembre 2013, repris dans la loi de mars 2014, a instauré le conseil en évolution professionnelle (CEP), dispositif proposé à toute personne souhaitant faire le point sur sa situation et établir un projet d’évolution professionnelle (reconversion, création d’entreprise…). Un salarié peut solliciter gratuitement un conseiller dans un organisme habilité sans demander l’accord de son employeur. Un salarié cherchant un appui pour évoluer en dehors de son entreprise saisirait a priori ce dispositif.

L’entretien professionnel pourrait réduire les inégalités d’accès à l’information sur le CEP ou sur le compte personnel de formation (CPF).

L’employeur peut s’emparer de l’entretien professionnel pour informer ses salariés sur la possibilité de recourir au CEP. Aujourd’hui, ce n’est pas une obligation et cette information est peu dispensée dans ce cadre. Seul un salarié sur quatre déclare connaître l’existence du CEP, et parmi ceux-ci la moitié en a été informée au cours d’un entretien professionnel. Ce vecteur est surtout utilisé pour informer les employés et ouvriers (66 % et 64 %), catégories davantage soumises aux reconversions professionnelles que les cadres (33 %). Ces derniers participent plus souvent à des réunions formelles ou informelles et peuvent obtenir cette information par ailleurs. S’adressant à tous les salariés, l’entretien professionnel pourrait réduire les inégalités devant l’information sur le CEP, ou sur d’autres dispositifs comme le compte personnel de formation (CPF), d’autant que ces deux dispositifs devraient être renforcés et renouvelés dans le cadre de la loi en préparation.

En 2016, l’entretien professionnel concerne une minorité de salariés des petites entreprises. Dans les plus grandes, surtout les plus outillées sur le plan RH, les plus formatrices ou celles qui gèrent le plus la mobilité de leurs salariés, le dispositif prend plus aisément la suite des entretiens annuels d’évaluation. C’est aussi dans celles-ci que les entretiens professionnels semblent davantage servir de cadre à l’expression des souhaits des salariés en matière de formation, et, dans une moindre mesure, de carrière interne.

Mettre l’entretien professionnel au service des parcours des salariés, dans mais aussi hors de l’entreprise, sera un des enjeux pour les années à venir.

Cependant, quelle que soit la taille des entreprises, l’entretien professionnel reste essentiellement un outil de management au sein de celles-ci. D’où l’intérêt de faciliter l’accès au CEP pour organiser des parcours professionnels franchissant les frontières de l’entreprise, notamment par une large information dans le cadre de cet entretien. Le nouveau cadre législatif ne devrait pas faire évoluer sensiblement les obligations des entreprises en la matière. La généralisation des entretiens professionnels et l’évolution de leur contenu pour en faire un réel outil au service des parcours dans et hors de l’entreprise restent encore un enjeu pour les années à venir.

Extrait du dossier CEREQ “Les entretiens professionnels, un appui aux carrières internes ou à la sécurisation des parcours ?” Céreq Bref n°364 juin 2018 4p.

Pour lire le dossier CEREQ, cliquer ici