Limitation de vitesse à 80 km/h, prix du tabac, tarifs du gaz... Tout ce qui change au 1er juillet

revue_de_presse.PNGRoutes secondaires à 80 km/h

A partir de ce dimanche donc, il va falloir lever le pied de l’accélérateur… du moins sur les routes secondaires de France. En effet, la mesure de limitation de vitesse qui passe ce 1er juillet de 90 km/h à 80 km/h va toucher l’intégralité des 400.000 km de routes nationales et départementales à double sens sans séparateur central.

Prix du tabac en hausse.

Progressivement mais sûrement, le prix du tabac poursuit sa hausse. Avec comme objectif: un paquet de cigarettes à 10 euros en 2020. Ce 1er juillet, ce sont les prix des paquets les moins chers qui vont alourdir le portefeuille des fumeurs. En effet, certaines marques qui avaient maintenu leur prix à 7,50 euros passeront à 7,70 ou 7,80 euros le paquet. Globalement, le prix moyen du paquet de 20 cigarettes reste stable à 7,90 euros. Désormais, après cette troisième hausse de l’année, les prix des paquets varient entre 7,60 et 9,30 euros.

Le tarif du gaz.

Les tarifs réglementés de vente du gaz appliqués par Engie à moins de 5 millions de clients vont augmenter de 7,45% en moyenne au 1er juillet, reflétant une hausse des cours sur les marchés, a annoncé vendredi le gouvernement. La commission de régulation de l’énergie (CRE) avait évoqué une possible progression de 6,5% au 1er juillet. Mais la hausse est finalement plus importante car les cours ont continué à progresser depuis. Les tarifs réglementés du gaz sont amenés à prochainement disparaître en France. En juillet 2017, le Conseil d’Etat a jugé les tarifs réglementés contraires au droit européen, imposant donc à l’Etat de les supprimer. Le gouvernement envisage une fin progressive, avec leur extinction à l’horizon 2023 pour tous les particuliers.

Les allocations chômage revalorisées.

+ 0,7 % au 1er juillet pour les allocations chômage. L’allocation minimale passe ainsi à 29,06 euros par jour, contre 28,86 actuellement. Cette revalorisation concerne près de 94 % des demandeurs d’emplois indemnisés par l’assurance chômage au 1er juillet 2018, soit environ 2,5 millions de personnes.

Cette hausse des allocations chômage a été votée lors d’un conseil d’administration de l’Unédic (gestionnaire du régime d’assurance-chômage) qui s’est tenu ce vendredi.