Intervention de l'UNSA au CESER PACA

logo_ceser_paca.jpgVous pouvez lire en annexe la déclaration de l’UNSA en séance plénière du CESER PACA le 2 novembre dernier.

A l’ordre du jour, le débat sur les orientations budgétaires 2017 présentées par la majorité régionale.

Monsieur le président, mes cher(e)s collègues,

Comme pour chaque rapport d’orientations budgétaires de notre collectivité territoriale il y’a des choix politiques qui engage l’institution mais surtout l’économie, l’emploi et les salariés de la Région Paca. En effet, même si nous constatons une volonté de l’exécutif régional de rationaliser les dépenses courantes avec un objectif de baisse de près du tiers de ces dépenses par rapport au budget 2016 ou encore de s’atteler à une gestion prévisionnelle des engagements passés et futurs des dépenses d’investissement nous avons un certain nombre d’interrogation sur les choix et les orientations.

A l’Unsa, nous sommes partisan d’un Budget qui va de l’avant et qui s’engage sur l’avenir et pour cela qui donne les moyens à sa jeunesse de s’épanouir, d’être autonome, d’étudier, d’apprendre dans les meilleures conditions. Or ce Rob 2017 ne prévoit que trop peu d’éléments factuels en faveur de la jeunesse et ce n’est pas en supprimant le Pass culture qui faisait le bonheur de quelques 170 000 étudiants de la région ni même en ayant comme seul critère objectif « le Mérite » que nous arriverons à redonner confiance à nos jeunes.

Par ailleurs, dans le cadre de la formation et de l’apprentissage, même si l’objectif de créer 50 000 apprentis d’ici la fin de la mandature est vertueux, nous nous interrogeons sur la capacité de l’exécutif régional à respecter cet engagement au regard de la capacité des places d’accueil des CFA, des entreprises mais aussi sur les places d’hébergement.

L’avenir c’est aussi le transport, avec une nouvelle compétence au 1er janvier 2017, la région devient compétente en matière de transport interurbain. L’inter modalité et les transports propres sont une chance pour notre région. Même si nous sommes très attentif aux choix de la direction Sncf en matière de transport, nous regrettons que le président soit rentré dans un bras de fer avec la Sncf. Face aux opérations de communication nous préférons la construction d’un dialogue pérenne avec l’opérateur SNCF pour un service de transport ferroviaire à la hauteur des attentes des usagers.

L’avenir c’est s’engagé également sur la transition énergétique et le passage au numérique. La région doit investir massivement dans ces 2 secteurs qui feront de toute évidence les emplois de demain. Même si nous constatons la volonté de la région de vouloir devenir une Smart région, nous regrettons de ne pas voir dans le ROB 2017 un grand plan d’engagement pour passer d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergies fossiles, à une société plus sobre et plus écologique porteur d’emploi et d’activités économiques.

L’avenir c’est aussi s’engager dans la bataille pour l’emploi en faisant une place de choix à l’économie sociale et solidaire qui représente à elle seule plus de 10% de l’emploi en Provence Alpe côte d’azur. Même si nous partageons l’idée que la bataille pour les emplois de demain passe aussi par la sauvegarde et le développement de l’emploi d’aujourd’hui dans les filières qui font la force et structurent l’économie de PACA, nous pensons qu’il est temps de prendre la mesure de l’importance du secteur des services à la personne, de l’économie circulaire, collaborative ou encore des activités non marchandes qui participe, entre autre, à la cohésion sociale.

Enfin l’avenir c’est aussi notre richesse associative. De fortes inquiétudes traversent le secteur associatif compte tenu des choix opérés en matière d’attribution de subvention et de l’intérêt porté au secteur associatif. Le ROB 2017 prévoit une nouvelle organisation de ce secteur en s’adressant davantage aux têtes de réseaux. Pour l’Unsa ce mode de fonctionnement a ses limites et obligera de nombreuses associations à mettre la clef sous la porte. Le secteur associatif c’est 134 000 salariés en Région PACA et des acteurs engagés au quotidien dans l’éducation populaire, le sport, la culture mais aussi l’action sociale, l’environnement et la solidarité. Enfin nous tenions à rappeler une fois encore que pour la plupart de ces structures associatives c’est sur la base d’appel à projets bien spécifiques et bien définis par la Région qu’il y’a accompagnement financier ou pas.

Pour terminer nous avons bien pris note que la priorité pour 2017 est donnée aux opérations d’intérêt régional. Nous comprenons l’utilité des OIR dans la bataille pour l’emploi en PACA. Néanmoins nous serons vigilants sur les critères d’éligibilité et nous souhaitons un suivi de la mise en œuvre en collaboration avec les partenaires sociaux. Nous regrettons par ailleurs que cela n’a pas été le cas dans l’élaboration du SRDEII.

Mes chers collègues, si des marges de manœuvres de réduction de la dépense doivent être exploitées, nous serons très vigilent à ce que la baisse de la dépense ne se fasse pas au détriment de la qualité des services dus aux habitants de notre région Provence Alpes côte d’Azur. L’UNSA votera l’avis.