Réactions UNSA Police après les affrontements à Marseille

unsa_police.PNGSuite aux incidents qui se sont déroulés à Marseille en marge du match de l’Euro, les 10 et 11 juin, les représentants UNSA Police ont eu l’occasion de s’exprimer dans les media afin d’exprimer leur point de vue.

Interrogé par journal Le Monde, le responsable de la branche CRS UNSA Police, David Michaux, explique : « Les dispositifs de sécurité publique prévus n’ont pas été mis en place : preuve en est, ils ont rappelé des unités de CRS positionnées sur la plage pour les envoyer sur la place. On leur a fait faire des bonds offensifs de 200 mètres et s’arrêter, et tout à coup les casseurs se retrouvaient dans leur dos. Ils ne comprenaient pas », a-t-il déclaré.

De son côté, Isvar Sattiaradjou, responsable UNSA-Police de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ajoute : « Samedi, les effectifs étaient suffisants pour maintenir la sécurité, mais c’est le travail de renseignement sur les fans étrangers qui n’a pas été fait. On a eu l’impression que les supporteurs étaient lâchés dans la nature. Du coup, nous n’avons fait que subir. Il y a eu des vagues de refoulement, l’utilisation de lacrymogènes et de ­canons à eau pour éviter que des groupes se rencontrent pour en découdre. »

Prochain rendez-vous à risque le 21 juin. Maintenant que les autorités connaissent la musique, on croise les doigts.