Des gardiens soupçonnés de radicalisation à la prison d'Arles

unsa_penitentier.PNGLe garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas a promis des sanctions contre deux gardiens de prison d’Arles, qui refusent de serrer la main de leurs collègues femmes. “Quand on est surveillant, on sert la République. On doit donc respecter les valeurs qui sont celles de la République. Ce n’est pas une option, c’est une obligation. C’est même un devoir”, a déclaré le ministre de la Justice à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement.

“Les deux gardiens en question refusent de serrer la main à leurs collègues femmes, mettant en avant leurs “convictions personnelles”. Leur comportement n’est pas déontologique, il n’est pas en adéquation avec ce qu’on attend du personnel pénitentiaire”, a estimé Bruno Boudon, secrétaire régional de l’UFAP-UNSA, évoquant le cas de ces deux gardiens, musulmans.